vendredi 25 décembre 2009

PhotoRec




Qui n'a pas un jour perdu ses photographies par mégarde, maintenant vous aurez les moyens de retrouver peut-être vos souvenirs.
PhotoRec est un programme de récupération de données conçu pour récupérer des images perdues provenant de carte mémoire d'appareil photo, d'où le nom de PhotoRec provenant de l'anglais Photo Recovery. Il peut aussi récupérer de nombreux fichiers perdus, tels que de la video, des documents et des archives stockés sur un disque dur ou sur un CD-ROM.

PhotoRec ignore le système de fichiers et va directement aux données fondamentales, il devrait donc fonctionner même si le système de fichiers est sévèrement endommagé ou formaté. PhotoRec est sûr d'utilisation, il n'essayera jamais d'écrire sur votre disque dur ou autre support mémoire que vous voulez récupérer. Les fichiers récupérés seront écrits sur le disque dur où vous exécutez PhotoRec.

PhotoRec est un logiciel multi-plateforme totalement gratuit distribué sous la licence générale publique GNU. PhotoRec est un prolongement de l'application TestDisk, qui permet de récupérer des partitions perdues sur une grande variété de système de fichiers et de rendre des disques non-montés montable.
http://www.cgsecurity.org/wiki/PhotoRec_FR
Vous pouvez suivre la procédure étapes par étapes.
http://www.cgsecurity.org/wiki/PhotoRec_Etape_par_Etape

vendredi 18 décembre 2009

Hardinfo



Hardinfo est un logiciel libre qui permet d'obtenir des informations sur le matériel qui compose votre ordinateur. Modèle de carte mère, cpu, taille de la ram, système d'exploitation ... tout y est. L'utilitaire offre également la possibilité de générer des rapports au format html ou encore de faire des benchmarks de sa machine.

Pour installer hardinfo, ouvrez un terminal en root et lancez la commande suivante pour une distribution à base de rpm :

yum install hardinfo

Ou celle-ci pour une distribution à base de Debian :

sudo apt-get install hardinfo

Vous pourrez ensuite lancer le programme avec la commande hardinfo.

Ou vous pouvez lancer le programme en allant dans "préférence" en choisissant: "System Profiler and Benchmark".

samedi 12 décembre 2009

J'ai Testé Gimp 2.6.8


Je suis actuellement sous Debian et j'avais envie de découvrir en avant première les nouveautés de Gimp 2.8.
Alors pour commencer j'ai supprimé la version installée par debian qui est la 2.4.
Ensuite je suis allé télécharger à cette adresse une des dernières versions disponible et qui s'est avéré être la 2.6.8 le jour J.

Il faut vous avouer que pour réussir l'installation il a fallu ajouter quelques dépendances et mettre à jour quelques versions.
Je vous met la liste dont j'ai retenu le nom mais c'est possible que j'en ai oublié, lors de la compilation l'erreur est signalé donc il suffit de procéder à l'installation ou la mise à jour du fichier.

1.Une version récente de pkg-config

2. intltool

3. GEGL et babl avec les Dev.

4. installer GTK+ version récente

Pour lancer la compilation décompresser le fichier tar.gz et aller dans le répertoire et procéder comme çi dessous.

% tar xvfz gimp-2.6.x.tar.gz
% cd gimp-2.6.x
% ./configure
% make
% make install

Après un bon moment de compilation vous devriez pouvoir lancer cette nouvelle version sur votre machine.


Les nouveautés de Gimp 2.6.8 sur cette page.
http://www.gimpfr.org/presentation_gimp26.php

samedi 21 novembre 2009

Tournée du Facteur

Tournée

Qu'est-ce que c'est ?

Tournée est un éditeur de documents spécifiques pour les tournées des facteurs.

principe

Au lieu de créer séparément les documents d'une tournée (tels que les fiches et le casier par exemple) qui contiennent les même informations mais de différentes formes, Tournée centralise toutes les informations de la tournée dans un document principal et créé à partir de celui-ci les autres documents.

Tournée est diffusé sous une licence libre (la licence GPL). Cela signifie que vous pouvez contribuer au développement de ce programme (voir contact).

Avertissement

Les informations sur les tournées sont confidentielles. Ne jamais diffuser les documents créés par ce programme en particulier sur internet.

Fonctionnalités

  • Un seul document à mettre à jour
  • On ne s'occupe que du contenu pas de la forme
  • Présentation uniforme d'une tournée à l'autre
  • Numérotation automatique des fiches et des cases
  • Copie entre tournées possible
  • Ne génère que les documents affectés par les modifications (signature md5)
  • Compression des documents (zlib)
  • Génère les fiches, le casier, les statistiques aux formats html et/ou pdf (voir formats et modèles)
  • Utilisation possible en ligne de commande pour générer les documents
  • Utilisable sur plusieurs platformes tel GNU/Linux, et Microsoft Windows
Vous trouverez plus d'information à cette adresse:
http://edit.tournee.free.fr/index.php

dimanche 1 novembre 2009

Ubuntu Netbook Remix

Hier alors que j'avais quelques heures de temps libre et une machine qui me sert entre autre pour faire des expériences, je me suis dit mon brave anatoletux, si tu testais cette dernière version d'Ubuntu que tu viens de recevoir aux courriers.
Avant l'installation en dure, j'ai quand même testé la version live et une chose que j'ai apprécié c'est que ma clé wifi qui n'est pourtant pas d'une grande marque a été reconnue sans problème et qu'après avoir entré quelques informations elle a été opérationnelle. Sous Debian il m'a fallu plus de temps pour en profiter.
La version que j'ai sous la main est "Ubuntu Netbook Remix" qui est dédié aux netbook comme son nom peut le dire.
Je n'ai pas ce genre de matériel sous la main mais une vulgaire tour récupéré aux encombrant, dans laquelle j'ai mis un disque dur neuf, un lecteur Dvd et des barrettes mémoires récupérées elles aussi.
Sur cette machine, il y a Debian Lenny installée et donc depuis hier la version Ubuntu, la cohabitation se passe bien pour le moment contrairement à la Mandriva que j'avais dernièrement installée et qui avait pris un peu trop ses marques.
Pour en revenir à Karmic Netbook Remix, je dirais que cela semble un bon cru et il se peut que je teste la version normale dans les jours à venir.
http://doc.ubuntu-fr.org/karmic
Et si vous aussi vous voulez tenter l'aventure voici la page de téléchargement.
http://www.ubuntu-fr.org/telechargement

samedi 22 août 2009

Remastersys


Remastersys est donc un outils qui permet créer et de partager une installation de Debian (et de toutes ses versions dérivées) à partir de votre installation actuelle.

On peut faire un Backup du système comprenant toutes vos données personnelles sur un Cd/Dvd que vous pouvez utiliser n’importe où et que vous pouvez aussi installer ou réinstaller.

On peut créer une copie distribuable (LiveCd) que vous pouvez partager avec des amis. Elle ne contiendra aucune de vos données personnelle.

Pour les non-anglophones voici une petite traduction du contenu de celle-ci.

  • Backup pour faire une sauvegarde de votre système sur cd ou dvd
  • Dist pour faire un livecd/dvd distribuable de votre système
  • Modify pour modifier les paramètres de configuration
  • Clean pour nettoyer les fichiers temporaires des remastersys
  • Info A propos
  • Quit Quitter l’application
J'ai testé cette application sous Debian Lenny avec succès.

Vous pouvez tester l'image Iso construite avec qemu.

$ qemu -cdrom image.iso
(image.iso étant le nom de l'image que vous venez de construire).

Ne pas oublier de faire le petit nettoyage des fichiers temporaires dans le dossier "remastersys" une fois que vous avez testé et gravé le CD.

mercredi 29 juillet 2009

Debian lenny


Je suis actuellement en train d'écrire une modeste brochure sur le système d'exploitation Debian que je trouve excellent et surtout d'une stabilité à toute épreuve, certain disent qu'elle n'est pas à mettre entre toute les mains mais moi même qui ne suis pas informaticien je m'en sors très bien.
L'installation est maintenant un vrai plaisir et les mises à jour facile, pour celui qui veut une machine qui reste en bonne santé c'est un très bon choix.
Je cherche actuellement quelque chose que je ne pourrais pas faire sous Debian et je ne trouve, si vous avez une idée laissez moi un commentaire.
C'est ici.

jeudi 2 juillet 2009

Tor

Tor est un logiciel libre et un réseau ouvert qui aide à la défense contre l'analyse du trafic, une forme de surveillance de réseau qui menace les libertés individuelles et l'intimité, les activités commerciales et relationnelles, et la sécurité d'état connu sous le nom d'analyse de trafic.

Tor vous protège en faisant rebondir vos communications à l'intérieur d'un réseau distribué de relais maintenus par des volontaires partout dans le monde : il empêche qu'une tierce personne scrutant votre connexion internet connaisse les sites que vous avez visité, et empêche les sites que vous avez visité de connaître votre position géographique. Tor fonctionne avec beaucoup de nos applications existantes, comme les navigateurs web, les clients de messagerie instantanée, les connexions à distance et tout un nombre d'applications se basant sur le protocole TCP.

Des centaines de milliers de personnes à travers le monde utilisent Tor pour une grande variété de raisons : les journalistes et les blogueurs, les défenseurs des Droits de l'Homme, les agents d'application des lois, les soldats, les entreprises, les citoyens de gouvernement répressif, et de simples citoyens.
http://www.torproject.org/index.html.fr

La page de téléchargement c'est ici.

jeudi 2 avril 2009

Personnaliser son ordinateur portable

Qui n'a pas voulu un jour donner une petite touche personnelle à son ordinateur portable, en plus c'est un moyen comme un autre de lui donner un petit caractère antivol, mais cela ne vaut quand même pas une bonne chaîne en acier ;)
J'ai trouvé sur le net une adresse qui vend pas mal de "Stickers", il me semble avoir lu que l'on pouvait personnaliser le sien en y mettant une photographie personnelle.
http://www.mandellia.fr/
Bien entendu tout cela a un coût et en cette période de récession on peut toujours trouver une alternative en collant les autocollants récupérés dans les salons ou les expositions et faire un truc vraiment "perso".

mardi 24 mars 2009

Faire une carte de visite avec glabels.

Licence d'utilisation du tutoriel: GNU FDL ( GNU Free Documentation licence).

Le logiciel: « glabels 2.1.3 »

Plateforme: « linux »

Licence: « GPL »

Le site: glabels

Glabels, est distribué sous licence GPL, c'est un programme pour créer des étiquettes ou des cartes, la dernière version stable date du 22 Décembre 2008 .
Il est disponible sous Debian, Fedora et Ubuntu Universe, si par malheur vous ne trouviez pas, le fichier source est disponible à cette adresse:

http://glabels.sourceforge.net/download/


Pour faire ces cartes de visite vous aurez besoin de glabels et d'un paquet de feuille (ref 5010) de micro-application, carte de visite.

Apparemment la références 5010 n'existe plus mais la 5011 devrait avoir les mêmes caractéristiques, je n'ai pas sous la main pour tester mais il suffit de vérifier avec une règle les marges sur une des feuilles et changer dans la fenêtre « taille » de la carte si elles sont différentes.

DÉMARRER L'APPLICATION.

Vous allez dans Bureautique (sous Debian) et chercher glabels Labels Designer et vous voilà devant document vide (c'est écrit).

Vous allez dans le menu, « file » pour démarrer le créateur de patron, c'est ici que vous allez mettre le nom et la description, j'ai mis les références que j'ai trouvé sur le paquet de feuille. Micro-application, 5010 pour le numéro et carte de visite.

Une fois que c'est rempli, cliquez sur avancer, taille de la page c'est donc le format A4, la forme c'est carré ensuite avancer, vous devez mettre la taille des cartes, c'est en millimètres en partant du haut:

largeur : 90.0mm
hauteur : 50.0mm
arrondi : 00.0mm
déchet h: 00.0mm
déchet v: 00.0mm
marge : 03.2mm

Ensuite le nombre de disposition c'est : « 1 ».

Ensuite vient la disposition:

nombre h : 2
nombre v : 5
distance par rapport au bord gauche : 15.0mm
distance par rapport au bord haut : 22.0mm
espacement h : 90.0mm
espacement v : 50.0mm

Quand tout cela est fini, cliquez sur appliquer pour sauvegarder.

MAINTENANT NOTRE PETITE CARTE.

Cliquez dans le menu sur « New » pour ouvrir un nouveau document.

Sélectionner dans la fenêtre, type de média ce que vous venez de créer, c'est donc format A4 et micro-application 5010, carte de visite (si vous avez écrit la même chose que moi). Validez. Donnez un nom au fichier et enregistrer.

Maintenant à vous de remplir la carte.

T c'est pour mettre du texte.

La petite image c'est pour mettre une image.

Un clic à l'endroit ou vous voulez mettre le texte ou l'image, il est toujours possible de déplacer ensuite, pour changer la taille du texte c'est dans « style », famille et couleurs aussi.

Quand vous avez trouvez comment mettre tout cela sans sortir du petit cadre rouge, il vous reste à enregistrer et imprimer une planche.

POUR IMPRIMER.

Il faut aller dans le menu « print » si vous voulez la feuille entière vous cochez feuille « 1 », si vous voulez tester le résultat, cochez étiquettes, sélectionnez et mettre « 1 » dans le nombre d'étiquette.

Avant de lancer l'imprimante regardez dans « aperçu avant impression » cela permet de voir si quelque chose cloche.

LES SOURCES.

http://glabels.sourceforge.net/

pour télécharger glabels:

http://glabels.sourceforge.net/download/

Le site de framasoft:

http://www.framasoft.net/article4441.html

Le papier Micro Application:

http://www.microapp.fr/papier_cartes_de_visite_classique_5010.html

Un aperçu d'une carte.

mercredi 11 mars 2009

Debian Lenny version light

L’objectif est toujours le même : obtenir une installation légère qui permette de donner un second souffle à un vieux PC.

Je choisis donc de partir d’une Debian Lenny et je choisis une iso (http://www.debian.org/devel/debian-installer/) correspondant à une image de CD d’installation par le réseau.

Au boot le CD me propose de choisir entre une installation en mode texte et en mode graphique. Je choisis le mode graphique. Viennent ensuite le choix de :

* La langue
* Mon pays (tiens comme Ubuntu…)
* Le type de clavier
* Le nom de la machine
* Le nom du domaine de ma machine.

Il vous faut ensuite partitionner votre disque.

Une fois le partitionnement fait, un système de base est construit pour permettre la suite de l’installation. Vient maintenant le moment crucial d’indiquer le mot de passe root. Qui est ce root ? C’est le compte administrateur dans les distributions GNU/Linux ou apparentés. Il s’agit là d’une différence entre Debian et Ubuntu. Sur Ubuntu vous ne définissez jamais le mot de passe root. Le premier compte créé dispose de tous les privilèges dont celui de créer d’autres utilisateurs.

Vous devez ensuite créer le compte qui sera utilisé habituellement. Une fois fait, on configure la source des dépôts où l’installateur va télécharger les fichiers. On choisit un pays et un serveur.

Pour le choix des logiciels à installer on se contente du strict minium : “Système standard”. Voila il ne reste plus qu’à patienter le temps du téléchargement des paquets et de leur installation. Au démarrage suivant nous sommes en mode texte.

On se connecte avec le compte root et on ajoute les paquets nécessaires à la mise en place de "lxde" parce que je trouve cet environnement plus léger que Gnome.

#apt-get install lxde synaptic gdm obconf

Encore un peu de téléchargement, on redémarre (#reboot) et c’est fini.
Il faudra ensuite réinstaller quelques applications:

Videolan (VLC) pour la lecture vidéo en remplacement de Totem
Audacious (lecteur à la Winamp ou Xmms) pour la lecture audio
Iceweasel (le navigateur internet)
Claws-Mail pour la lecture du courriel (ainsi que le paquet Claws-Mail-i18n pour le support français)

LXDE est composé notamment d'OpenBox comme gestionnaire de fenêtres, de PCManFM comme gestionnaire de fichiers, de LXPanel pour gérer le panneau de bureau, LXAppearance pour gérer le thème, Leafpad comme éditeur de texte, GPicView comme visionneuse d'image.

Pour gérer le thème des fenêtres, ne pas oublier d'installer le paquet ObConf.
LXDE utilise GTK+ modifié pour une plus grande rapidité.

Son gestionnaire de fenêtres par défaut est Openbox, et son PCManFM. Cet environnement de bureau comporte également :

* Openbox:gestionnaire des fenêtres (par défaut).
* PCManFM:gestionnaire des fichiers (par défaut) très léger et très rapide. Il comprend des fonctions tels que Copier & Coller, la navigation avec des onglets (Similaire avec Firefox), un utilitaire de recherche de fichiers intégré, le chargement rapide des répertoires volumineux, l'association de fichiers, un aperçu pour les fichiers d'image, les liens favoris, la manipulation correcte des noms de fichiers d'encodage non-UTF8 et beaucoup d'autres fonctions.
* LXLauncher: Lanceur d'applications mode-facile.
* LXPanel: Panneau de bureau. Il peut générer automatiquement des menus pour l'installation d'applications à partir des fichiers *.desktop. Il peut être configuré à partir de la boîte de dialogue de préférence, et il n'y a nul besoin de modifier les fichiers configuration. Ce composant offre une boîte de dialogue "Run" avec auto-complétion.
* LXSession: Gestionnaire de sessions est utilisé pour démarrer automatiquement un ensemble d'applications et mettre en place un environnement de bureau opérationnel. A celà s'ajoute la possibilité de se souvenir, lors de la connection, quelles furent les dernières applications utilisées lors de la précédente session.
* LXAppearance: Commutateur de thèmes. Il est ainsi possible de changer facilement de thèmes, d'icônes et de polices de charactère utilisés par les applications.
* Leafpad: Editeur de texte.
* Xarchiver: Achiveur.
* GPicView: Afficheur d'image. Il comprend des fonctions d'éclairage. Démarrage rapide et l'interface est intuitif.
* LXTerminal: Emulateur de terminal.
* LXTask: Gestionnaire de tâches / surveillance de système.
* LXNM: gestionnaire de connection léger pour lxde qui supporte les connexions sans fils (Linux seulement)
* Openbox, window manager
* LXRandr, screen manager, permet de gérer la résolution de l'écran ainsi que des moniteurs externes

L'adresse du site officiel de Lxde.
http://lxde.org/





dimanche 1 mars 2009

J'ai testé "Phatch" sous Ubuntu.

Phatch (Photo-Batch) est un logiciel graphique (GUI) libre, distribué sous licence GNU/GPL, qui permet de traiter des images par lots : redimensionnement, réorientation, changement de nom, application d’un filigrane, ombrage, arrondi, ... Tout cela très facilement. A l’ouverture, il faut choisir la ou les actions que l’on veut effectuer.
Il faut sélectionner les actions dans l’ordre puis choisir un dossier qui contient les images à traiter.
Phatch a été développé en Python sous Ubuntu, l’installation ne pose donc aucun problème sous ce système.

L'adresse officiel du site de Phatch:
http://photobatch.stani.be/

Très facile d’utilisation, Phatch peut rendre de grands services aux utilisateurs qui doivent traiter de grandes quantités de photos avant de les envoyer sur un blog, de faire un diaporama ou pour les faire développer sur un site photo par exemple.


jeudi 26 février 2009

Gnome-Art NextGen

Si vous voulez changer ou ajouter des fonds d'écrans, des thèmes, des icônes, des fonds d'écrans de connexion de session ou des écrans de démarrage système (splash screens) et ce, sans vous souciez de chercher sur le net, alors le projet "Gnome-Art NextGen" est fait pour vous.
Vous trouverez votre bonheur sur cette page.
Bien entendu cela concerne Gnome et donc peut-être installé sur toutes les machines utilisant cet environnement.


lundi 23 février 2009

Quand je rabats l’écran, la session ne se verrouille pas !

Sur mon portable Dell Inspiron 1525, depuis le passage à Hardy, quand je rabats l’écran, ma session ne se verrouille pas. Enfin, tout ça c’est du passé ! Il existe une solution !

Voilà la manipulation :

Faites : Alt + F2

gconf-editor

apps --> gnome-power-manager --> lock

Ici, il suffit de cocher la valeur “blank_screen”.

capture-editeur-de-configuration-lock.png
















Et voilà, c’était tout bête ! Maintenant plus besoin de verrouiller avant de rabattre, c’est automatique !

samedi 14 février 2009

Tellico

Tellico est un logiciel de gestion de collections personnelles pour l’environnement de bureau KDE sous Linux. Il gère les classiques bibliothèques et vidéothèques mais aussi les vinothèques, les collections de monnaies, de timbres ou encore de bandes dessinées.
A signaler qu'il fonctionne aussi très bien sous Gnome après installation de quelques dépendances et il est disponible dans le dépôt "Universe" pour Ubuntu.
Pour Ubuntu Hardy, c'est ici.

Pour chaque type de collections il est possible d’utiliser les champs prédéfinis (par exemple pour une vidéothèque : titre, acteurs, réalisateur...) ou d’en créer d’autres à sa convenance. L’affichage et le tri des fiches peuvent se faire par regroupement de champs ou à l’aide de filtres définis par l’utilisateur. De nombreuses sources de données sont définies afin de vous faciliter la tâche. En effet, par défaut, Tellico s’interface avec différents sites internet pour retrouver les champs.
Tellico permet l’importation et l’exportation des collections dans de nombreux formats tels Alexandria, ONIX, GCfilms,Pilot-DB,XML via XSLTXML, HTML, Bibtex, Bibtexml et CSV, ce qui est très pratique et très simple pour ne pas repartir de zéro en cas de migration par exemple. Il est également possible de générer divers rapports au format HTLM avec des modèles prédéfinis. Enfin, vous pouvez ensuite gérer vos prêts à l’intérieur même du logiciel. De quoi ne plus oublier qui vous a pris quoi et quand !

Ce logiciel, au final, est un vrai bijou pour la gestion d’une collection d’objets personnels, et saura sans nul doute satisfaire vos besoins !

Vous pouvez le télécharger ICI.

dimanche 25 janvier 2009

Installation d'un paquet.deb

La distribution Debian propose un outil de gestion de package permettant d'automatiser l'installation, la configuration et la mise à jour des logiciels installés par ce biais. Les packages Debian sont ainsi des fichiers portant l'extension .deb et pouvant être installés manuellement grâce à la commande suivante :

dpkg -i nom_du_package.deb

De plus un système complémentaire a été mis au point afin de gérer les dépendances entre les différents packages et de permettre de les mettre à jour par simple téléchargement: il s'agit du système apt (Advanced Packaging Tool). Ce système fonctionne à partir d'une liste de sources (emplacements auxquels des paquetages sont disponibles) présente dans le fichier /etc/apt/sources.list.

Voici les commandes des fonctionnalités principales :

* Installation: pour installer le package "nom_du_package" il suffira de taper :

apt-get install nom_du_package

ou bien après avoir récupéré manuellement un package spécifique (avec l'extension .deb)

dpkg --install nom_du_package.deb
ou
dpkg -i nom_du_package

En cas de problème de dépendance il est possible (mais déconseillé, sauf en connaissance de cause) de forcer l'installation avec la commande suivante :

apt-get install -f nom_du_package

* Simulation d'installation: il peut être utile de simuler l'installation du package avant de procéder à son installation afin de connaître exactement les paquetages dépendants qui vont être installés et estimer les problèmes éventuels :

apt-get install -s nom_du_package

* Suppression: pour supprimer un package il suffit de taper

apt-get remove nom_du_package

Cette commande supprime le paquet mais conserve les fichiers de configuration. Pour supprimer également les fichiers de configuration il suffit d'utiliser la commande suivante :

apt-get remove --purge nom_du_package

* Reconfiguration: pour reconfigurer un package il suffit de taper :

dpkg --reconfigure nom_du_package

* Mise à jour de la liste: Pour mettre à jour la liste des packages il faut taper la commande :

apt-get update

* Mise à jour des packages: La mise à jour des packages eux-mêmes se fait grâce à la commande suivante :

apt-get upgrade

Il est conseillé de lancer cette commande avec le commutateur -u afin de connaître la liste exacte des paquetages qui vont être mis à jour :

apt-get -u upgrade

La commande suivant permet également de mettre à jour les paquets en préservant mieux les dépendances afin de conserver un système plus cohérent :

apt-get dist-upgrade

Information trouver ici.

dimanche 11 janvier 2009

Etendez les fonctionnalités de OpenOffice.org






Vous trouverez des extensions sur le site officiel.

Faites votre choix et il ne reste plus qu'à cliquer sur le bouton "Get It" pour récupérer le fichier.
Pour installer une extension, il faut passer par le gestionnaire d'extensions, qui est accessible via le menu Outil=>gestionnaire des extensions.
Pour ajouter une extension, cliquer sur le bouton Ajouter
puis spécifier le fichier préalablement récupéré.
Voici une liste qui semble intéressante:
OxygenOffice Extras, Gallery et OxygenOffice Extras, Template.
A découvrir.

mardi 6 janvier 2009

Qu’est-ce que ma machine a dans le ventre ?

Voici quelques commandes qui vous permettrons de connaître votre configuration matérielle.
Informations trouvés sur ce site

La carte mère

La carte mère est l’élément de base de tout ordinateur personnel. C’est un circuit imprimé qui permet de relier entre eux tous les éléments essentiels d’un ordinateur. À cet effet, elle possède de nombreux connecteurs pour les cartes, la mémoire, le processeur, etc. Chaque carte possède un chipset, c’est-à-dire un jeu de composants électroniques permettant de faire le lien entre le ou les processeur(s), la mémoire et les autres périphériques.

La DMI (Desktop Management Interface) est un standard défini par la DMTF (Desktop Management Task Force, qui décrit les ressources matérielles d’un ordinateur. Ce standard permet d’obtenir plusieurs types d’informations sur votre matériel... mais il est très mal implémenté par les fabricants. Donc, vous n’obtiendrez pas forcément la totalité des informations...

L’outil dmidecode permet d’afficher ces informations. Cette commande interprète les informations telles quelles sont contenues dans le BIOS, selon le standard SMBIOS/DMI : fabricant, numéro de série, version du BIOS, etc.

39 types DMI sont ainsi disponibles. Pour accéder à ces informations, il suffit de taper dans un terminal (Applications —> Accessoires —> Terminal) la commande dmidecode en tant que super-utilisateur ("root") :

$ sudo -s
votre_password
# dmidecode

Pour accéder directement à l’un des 39 types, il est possible d’utiliser la commande (dans ses versions récentes) dmidecode avec l’option -t suivie du numéro de type que vous voulez visualiser. Le type 2 nous renseigne sur la marque et le modèle de la carte mère :

# dmidecode -t 2

Le processeur

Le processeur ou CPU (Central Processing Unit) est le composant essentiel de l’ordinateur. C’est lui qui exécute les programmes. Il se caractérise par sa marque, son modèle et sa vitesse.

La commande cat /proc/cpuinfo retourne toutes les informations sur le ou les processeurs installés :

$ cat /proc/cpuinfo

La commande top permet de visualiser l’activité du processeur en temps réel : elle affiche la quantité de mémoire utilisée par processus ainsi que les pourcentages d’utilisation. Appuyez sur "q" pour "Quitter" l’utilitaire.

top

Il existe un autre outil peu-être un peu plus performant mais il n’est pas installé par défaut : htop. Vous pouvez l’installer par "Synaptic" ou par la ligne de commande suivante :

$ sudo apt-get install htop
Password

Pour lancer htop :

$ htop

On peut encore accèder à l’outil htop directement par le menu Applications —> Outils Système —> Htop.

Le moniteur système de l’environnement Gnome permet d’accéder, de la même manière, à l’utilisation du processeur en temps réel via une interface graphique intuitive (sous KDE, c’est le centre de contrôle qui fournit ces informations) :

Système —> Administration —> Moniteur Système (sous Edgy).

Les cartes

Votre machine est dotée d’une carte graphique, appelée également "carte vidéo", qui parfois est intégrée directement à la carte mère. Cette carte est chargée de convertir les données numériques en éléments graphiques pour les afficher à sur votre écran.

Certaines cartes supplémentaires peuvent être intégrées directement à la carte mère ou se trouver sur des ports d’extension (ou slot). Dans tous les cas, elles sont connectées via un bus PCI (Peripherical Component Interconnect) qui peut recevoir tout type de carte. En moyenne, une carte mère dispose de 3 ou 4 connecteurs PCI de couleur blanche.

Pour savoir de quelles cartes votre machine est équipée, une seule commande est à retenir : lspci. Cet outil fait partie du paquet pciutils (à installer si votre machine ne connaît pas cette commande).

$ lspci

Chaque carte est connectée à un bus PCI et possède une position sur ce bus. De plus, chaque carte est caractérisée par une classe, une marque, un modèle et une révision. La commande lspci -n permet de connaître ces informations.

Quel est l’intérêt de ces informations ? Elles sont tout bonnement utilisées par les "pilotes" (ou drivers) pour savoir s’il est compatible avec les cartes présentes sur votre machine. Si un driver reconnaît l’identifiant d’une carte il peut alors la "piloter".

La commande lspci -v (à lancer en "root") permet de connaître diverses informations supplémentaires telles que la fréquence de bus associé à la carte, les zones de mémoire qu’elle occupe, etc.

Enfin, pour connaître la liste du matériel USB connecté à votre machine, il suffit de taper la commande lsusb. Cet outil fait partie du paquet usbutils.

lsusb lit les informations concernant les périphériques USB dans le répertoire /proc/bus/usb.

Vous pouvez visualiser ces informations de manière plus conviviale par une interface graphique telles que Usb View (installer le paquet "usbview" via "Synaptic") ou le "Gestionnaire de périphériques" (Système —> Administration —> Gestionnaire de périphériques).
Les disques IDE

IDE est une interface standard qui permet la connexion de périphériques de stockage sur un ordinateur, comme les disques durs, mais aussi les lecteurs de CD-ROM et de DVD. C’est l’outil hdparm qui permet d’agir sur les périphériques IDE. L’option -i suivie du nom du périphérique permet de consulter les informations se rapportant à un disque. La commande hdparm s’utlise en tant que super-utilisateur ("root") :

$ sudo -s
votre_password
# hdparm -i /dev/hda

La première ligne concerne la marque, le modèle et le numéro de série du disque dur. La mention BuffSize renvoie la taille de mémoire cache. Rappelons qu’une taille de mémoire cache élevée pour un disque dur permet d’augmenter les performances.

La commande hdparm -t permet de tester la vitesse de lecture de votre disque. Seuls les deux premiers secteurs du disque, les plus rapides, sont testés pendant 3 secondes. La valeur renvoyée est une valeur maximale de la vitesse (comprise généralement entre 10 et 30 MB/sec) :
# hdparm -t /dev/hda

HardWare LiSter : tout sur une page !

lshw (à lancer en tant que "root") ou HardWare LiSter permet de récupérer toutes les informations vues précédemment et bien d’autres : mémoire, version du firmware, configuration de la carte mère, version et vitesse du CPU, configuration du cache, vitesse de bus, paramètres réseau, etc.

Le paquet lshw-gtk (vous pouvez l’installer par "Synaptic" ou en ligne de commande) permet d’enregistrer et de consulter le résultat directement sur une page Web avec la commande lshw -html (à lancer en tant que "root") :
# lshw -html > ma_config.html

Par défaut le fichier ma_config.html est enregistré dans votre répertoire personnel. Les informations contenues ma_config.html sont classées par catégorie sous la forme d’une arborescence.